Aller au contenu
Accueil » Blog » Qu’est-ce que c’est l’hybridation des formations ?

Qu’est-ce que c’est l’hybridation des formations ?

  • par
L'hybridation, c'est une histoire de sang mêlé

Au petit matin, cette question, prononcée par un de mes amis : « Finalement, qu’est-ce que tu veux dire quand tu parles d’hybridation des formations ? ». C’est vrai ça ! Qu’est-ce que c’est l’hybridation des formations ?

C’est encore la période de la rentrée ! Profitons-en pour reposer les bases d’une grande partie de mon métier !

« Hybridation » ? Au secours Madame Étymologie !

La base donc ? Tout est dans le mot ! Hybridation, vient du latin hybrida qui signifie sang mêlé. Avant de penser à une famille qui réunit des Sorcier·ère·s et des Moldus, on peut se référer aux Organismes Génétiquement Modifiés. Et oui : ce que font les scientifiques qui ajoutent des cellules résistantes aux parasites à des souches de maïs ou de soja, c’est de l’hybridation.

Bien, bien, bien. Mais en formation ? Il s’agit de mélanger plusieurs modalités pédagogiques. Nos formations traditionnelles, c’est comme à l’école. Une salle, un groupe, un enseignant, une durée, des contenus : tou·te·s au même endroit, en même temps à faire la même chose. On peut parler de synchrone : en même temps et de présentiel : au même endroit. À ces deux modalités correspondent leurs opposés : le distanciel et l’asynchrone.

Lorsque l’on construit un parcours de formation hybride, on joue avec ces quatre modalités. La formation n’est pas entièrement présentielle et synchrone. Elle n’est pas non plus entièrement distancielle asynchrone. Elle comporte un peu de tout. Il peut y avoir des moments présentiels synchrones ET des classes virtuelles qui sont donc distancielles et synchrone, ET aussi des temps d’auto formation donc distanciels et asynchrones ET des temps de recherche en bibliothèque : présentiels et asynchrones… Tout est possible !

Trois arguments chocs pour hybrider vos formations

C’est bien joli tout ça. Mais je vous entends penser d’ici : « Pourquoi hybrider une formation ? ». Réponse en trois arguments imparables !

1. Parce que c’est la mode dans le monde de la formation !

Il faut hybrider vos formations d’abord parce que c’est la mode ! Ceux et celles qui me connaissent bien savent à quel point je suis sensible et réactive aux phénomènes de mode… N’est-ce pas ?

Raté ! La mode me fait souvent réfléchir mais très rarement agir. Je ne suis pas très influencée par elle, voire, le plus souvent, je m’en fiche comme de mon horoscope de la semaine passée. Et pourtant en ce qui concerne les formations, c’est un argument massue. Parce que tapis derrière la mode, comme sous une cape d’invisibilité, les financeurs font un peu la loi ! Et il est de bon ton aujourd’hui de répondre à leurs demandes avec des parcours de formations hybrides.

Ce premier argument ne tiendrait pas beaucoup à mes yeux s’il était le seul. Après tout, je pourrais écrire : « les financeurs nous demandent ce genre de pratiques, mais pédagogiquement c’est contre-productif, je vous le déconseille donc fortement ». Ce n’est pas le cas. Passons donc au deuxième argument choc pour comprendre pourquoi j’adhère à cette mode !

2. Parce que c’est bon pour l’apprentissage !

Hybrider vos formations peut contribuer à l’apprentissage. Prenez le temps de fouiller dans votre mémoire d’apprenant·e. Vous y trouverez quelques souvenirs de « cours » ou de formation où vous vous êtes ennuyé·e, où vous vous êtes demandé ce que vous faisiez là, où vous vous êtes dit « j’aurais mieux fait de rester chez moi ». Vous vous êtes dit : « j’aurais mieux compris en faisant telle ou telle démarche par moi-même ». Parce que vous le savez bien, on se défend mieux en pratiquant les sortilèges de Défense contre les forces du mal qu’en les potassant dans un bouquin, assis en rang d’oignons dans une salle collective mais silencieuse ! Et bien l’hybridation des formations, lorsqu’elle est bien faite, permet d’éviter ce genre de moment désagréable.

Car construire un parcours de formation hybride permet d’associer chaque modalité aux objectifs d’apprentissage qu’elle va permettre d’atteindre.

Pour acquérir telle compétence, il faut d’abord maîtriser quelques notions ? Vous souhaitez que les apprenant·e·s les découvrent d’abord et qu’ils·elles s’en parlent ensuite pour que vous puissiez vérifier leur compréhension ? Ce sont deux activités pédagogiques différentes : 1° découvrir des connaissances, 2° échanger en groupe au sujet de ces connaissances. La seconde activité demande donc des interactions. Rien de tel pour cela que le synchrone ! C’est alors nécessaire.  Mais la découverte des connaissances nécessite-t-elle la même chose ? Qu’est-ce qui va être le plus efficace ? J’ai tendance à préconiser dans ce cas le distanciel asynchrone. L’apprenant·e est ainsi maître·sse du moment et de l’environnement qui garantissent sa disponibilité et sa concentration.

Partant de ce principe-là, l’hybridation des formations n’est pas du hasard. Chaque modalité est choisie en fonction de l’objectif d’apprentissage poursuivi. C’est l’objectif pédagogique qui induit un type d’activité pédagogique à organiser pour que l’apprentissage soit effectif. Pour chaque activité, il s’agit enfin de choisir entre distanciel et présentiel, synchrone et asynchrone pour réunir les meilleures conditions de réalisation de l’activité.

3. Parce que ça évite le gaspillage.

Aujourd’hui, plus que jamais, il est question de sobriété. Parlons-en ici aussi.

Qu’est-ce qui est le plus important : réunir vos apprenant·e·s pour vous entendre raconter la même chose qu’à votre groupe précédent ? Ou bien garantir la concentration des membres de ce groupe pour se saisir de ces connaissances chacun·e à son rythme et à sa manière grâce à des contenus d’e learning bien dosés et bien guidés ? Ne gaspillez pas le temps et la disponibilité des apprenant·e·s. Éviter du présentiel synchrone inutile pour privilégier le distanciel asynchrone lorsqu’il permet de respecter et de développer les capacités d’auto formation des apprenant·e·s.

Où avez-vous le plus de valeur en tant que formateur·rice·s ? Pour commenter un diaporama toujours de la même manière ou bien pour animer des exercices collaboratifs qui poussent à manipuler les connaissances ? Ne gaspillez pas votre force de travail. Commentez votre diaporama une bonne fois pour toutes (ou presque !) en vidéo pour en faire une activité distancielle asynchrone. Et réunissez les apprenant·e·s pour animer des  temps présentiels asynchrones, qui valideront les apprentissages.

Qu’est-ce qui est le plus précieux ? L’indépendance des apprenant·e·s et de leurs rythmes d’apprentissage ? Ou bien leurs interactions qui sont autant d’occasions de reformuler ce qu’ils·elles ont compris et de faire des liens avec leurs pratiques ? Ne gaspillez pas leur motivation et leur endurance face à l’enjeu des apprentissages. Choisissez de réduire les temps d’auto formation à leur stricte utilité et mettez en place des temps synchrones où les interactions ont toutes leur place. J’avais déjà évoqué ce point ici.

Bref ! Je pourrais donner d’autres exemples. Retenons surtout qu’hybrider une formation, c’est choisir des modalités pertinentes qui prennent soin de toutes les ressources : les vôtres et celles des apprenant·e·s.

Alors ? On hybride ou bien ?

Merci à l’ami qui m’a questionnée car cela m’oblige à détailler. Comme toujours ce qui nous semble si évident n’est pas simple à communiquer… J’espère que la manière dont j’ai décrit un peu l’hybridation vous aide à mieux comprendre la notion.

J’avoue que je suis aujourd’hui incapable de construire une formation sans hybridation. Je crois vraiment à son intérêt pour l’apprentissage. Peut-être vous laisserez-vous convaincre aussi.

Pour autant cela ne s’improvise pas. L’hybridation repose sur des outils numériques. Cela demande donc un peu de maîtrise de quelques outils. Cela demande aussi une ingénierie pédagogique différente que lorsque l’on construit uniquement en présentiel synchrone. L’hybridation implique aussi de construire une présence même à distance. C’est sans doute une nouvelle compétence pour beaucoup de formateur·rice·s. Mais c’est logique : être de sang mêlé ne fait pas de vous un·e sorcier·ère, il faut tout de même passer un peu de temps à Poudlard !

Le jeu en vaut la chandelle ! Et si vous avez besoin d’aide pour vous lancez dans l’hybridation d’un de vos parcours de formation, je suis disponible pour vous accompagner. Envoyez-moi un message pour que nous en échangions !

1 commentaire pour “Qu’est-ce que c’est l’hybridation des formations ?”

  1. Retour de ping : Qu’est-ce que c’est l’hybrida...

Les commentaires sont fermés.